Ces ventes sont terminées. Si vous souhaitez acheter ou racheter ces vins, contactez-nous par mail sur info@oenope.com en indiquant ceux qui vous intéressent et nous ferons de notre mieux pour vous satisfaire. 

Azienda SATOR Gianni MOSCARDINI / Montescudaio D.O.C TOSCANE
Abracadabrantesque.
Un hapax est un mot qui n’a qu’une seule occurrence dans un corpus donné. Par analogie, un hapax peut être un événement qui ne se produit qu’une fois (par exemple, dans la vie d’un individu) ou une personne unique (sans équivalent, dans un certain contexte). En architecture on parle d’hapax pour désigner des bâtiments qui n’ont aucun équivalent, tel le Panthéon de Rome avec son pronaos barlong et sa rotonde.
Enfin, selon le philosophe Vladimir Jankélévitch « toute vraie occasion est un hapax », c’est-à-dire qu’elle ne comporte ni précédent, ni réédition, ni avant-goût ni arrière-goût ; elle ne s’annonce pas par des signes précurseurs et ne connaît pas forcément de « seconde fois ».

Les vins créés par Gianni Moscardini sont selon nous un hapax, dans toutes ses déclinaisons tant expérientielles qu’existentielles.
Dans son domaine à quelques kilomètres au sud de Pise dans l’Appellation encore méconnue de Montescudaio tout est unique. Un projet unique en son genre, qui a démarré par une étude préliminaire pour vérifier chaque composant des différents sols afin de trouver la bonne combinaison de porte-greffe et de variété / clone de vigne qui convient le mieux à ce terroir unique. Le choix de planter des cépages indigènes aux côtés d’autres typiques d’autres régions italiennes, sans oublier les internationaux, d’avoir différentes variétés de raisins à partir desquelles obtenir des vins particuliers qui caractérisent son domaine. Enfin un objectif unique, celui d’obtenir de ces terres, cultivées en continu depuis plus de cent ans par sa famille pour les céréales et les oliviers, les meilleurs raisins à transformer en vins élégants et raffinés.
La dévotion à ce travail dans le plus grand respect de l’environnement a conduit, après 13 décennies, à l’adhésion à la Fédération italienne des vignerons indépendants.
Nous vous présentons une déclinaison passionnante de quelques-uns de ses vins sur le thème du Sangiovese, cépage emblématique de la Toscane. Il est ici traité en sélections parcellaires pour offrir des vins tant en mono cépage qu’en assemblages insolites de cépages.
Dont le Teroldego, cépage bleu assez rare, est essentiellement cultivé dans le Trentin, dans le nord-est du pays, à une vingtaine de kilomètres du Lac de Garde. Son acidité élevée et sa bonne structure tannique garantissent un vieillissement en beauté des vins, à condition que le rendement ait été maîtrisé. Il donne un vin de couleur rubis, robuste, moyennement riche en alcool, aux tanins souples et aux arômes d’amande amère, café, cassis, cerises sauvages, chocolat amer, fraise, framboise, mûres écrasées, pétales de rose, poivre, réglisse, sous-bois, terre.
On trouve également le Ciliegiolo qui est un cépage très présent en Toscane où il est souvent assemblé avec le Sangiovese pour produire le fameux Chianti. D’après des analyses génétiques récentes, il est le père dudit Sangiovese. Il donne un vin ample et souple aux tanins doux, riche en alcool, aux arômes de cannelle, cerise, myrtille, et aux notes épicées.

FATTORIA MONTECCHIO – TOSCANE / CHIANTI CLASSICO DOCG
Une rencontre devenue Classique
Il est difficile de raconter la Toscane sans tomber dans l’abysse des lieux communs propres aux narrations touristiques et aux descriptions romantiques des souvenirs de voyage. La signification du terme « Classico » dans le dictionnaire Français désigne par extension un artiste ou une œuvre d’art qui fait autorité dans son domaine, qui est devenu une « référence ». Dans le langage de Charles Peguy « Le classique se connaît à sa sincérité, le romantique à son insincérité laborieuse ». Le vignoble du Chianti Classico, située entre Florence et Sienne, s’épanouit sur un terroir complexe de collines et rivières, et bénéficie de conditions climatiques exceptionnelles. Le cépage qui fait la part belle des vins du Chianti Classico est le Sangiovese avec un encépagement de 80% à 100%. Ce cépage est extrêmement sensible aux facteurs externes comme le sol ou le climat. Il apprécie les importantes différences entre les températures du jour et de la nuit. Ici il offre des vins « sincères », de grand caractère qui sont devenus dans l’histoire de l’œnologie de Grands Classiques. La Fattoria Montecchio, située en plein cœur du Chianti Classico, produit des vins depuis le XIVème siècle.
Le coq noir et la légende du Chianti Classico
En 1716, le grand-duc de Toscane Cosme III dei Medici reconnu officiellement la délimitation du district de Chianti (provinces de Florence, Sienne, Arezzo, Pistoia, Pise et Prato) dans le but de protéger la production viticole des contrefaçons. Il créa ainsi la première zone de production viticole règlementée au monde, depuis laquelle dériveront les AOP, AOC et DOC aujourd’hui largement utilisées par les producteurs de vins. En 1924, pour lutter contre les nombreuses imitations du délectable vin rouge, 33 producteurs se réunissent et créent le premier consortium vitivinicole Italien, le Consorzio del Vino Chianti Classico, qui adopta le « gallo nero » (coq noir) comme emblème de l’appellation d’origine protégée. L’origine du coq noir remonte à la rivalité entre les républiques de Florence et Sienne, jadis ennemies jurées, et à l’histoire selon laquelle les deux villes auraient enfin déterminé le tracé de leur frontière commune. Les représentants des villes convinrent d’une méthode plutôt originale : au lever du jour, alors que le coq élu chanterait – les Siennois choisirent un coq blanc reconnu pour chanter haut et fort le matin venu, tandis que les Florentins optèrent pour un coq noir qu’ils affamèrent dans l’espoir qu’il crierait plus tôt que celui de leur opposant –, un cavalier nommé se précipiterait vers la contrée voisine et le lieu de rencontre des deux cavaliers marquerait la frontière entre les deux puissances toscanes. La stratégie fructueuse de Florence lui mérita la plus grande portion de la région du Chianti et c’est pourquoi le coq noir devint l’emblème du Chianti Classico, un vin produit dans les quatre communes historiques (Greve in Chianti, Gaiole in Chianti, Radda in Chianti et Castellina in Chianti) qui forment le noyau dur de l’appellation Chianti Classico.
bosco de medici – igt pompeiano
L’antiquité « Face à Face » Stendhal qui n‘y séjourna que très peu de temps disait avoir appris à Pompéi plus que dans tous les livres, parce qu’il y avait vu l’Antiquité « face à face ». Il est vrai que Pompéi offre à ses visiteurs l’illusion d’un incroyable voyage dans le temps. La reconstitution de la vie antique cesse d’être un exercice de pure imagination, une spéculation d’érudit.
À Herculanum et à Pompéi, le recours aux auteurs anciens n’est pas possible. On cite leur témoignage, mais celui-ci ne porte que sur la catastrophe de l’an 79. Aucun texte antique n’aide le visiteur à s’orienter dans les ruines. Il se trouve, ainsi, contraint de délaisser son érudition et de regarder de ses propres yeux les vestiges tels qu’ils s’offrent à lui. Alors que la plupart des visites des sites antiques ne sont que prétextes à citations et correspondent à un pèlerinage littéraire, celles des deux cités ensevelies par le Vésuve, ont un caractère différent, elles font l’objet de plus de curiosité et d’attention. Des archéologues ont découvert que boire du Lacryma Christi était l’expérience la plus proche possible de consommer ce que les anciens Romains de Pompéi auraient bu, grâce à une analyse des résidus microscopiques laissés sur le robinet des tonneaux de ce célèbre site archéologique. Une expérience sensorielle unique qui fait incroyablement écho à Gustave Flaubert qui soutenait que “Les antiquités sont toujours de fabrication moderne.” La légende peu antique, quant à elle, veut que, lors de sa descente aux enfers, le diable ait détruit un morceau de paradis, la baie de Naples. Une perte pleurée par le Christ dont les larmes se seraient transformées en vignes. Le domaine Bosco de’ Medici, qui porte le nom de la fameuse dynastie Florentine qui le fonda à la fin du XVIème siècle, s’efforce de maintenir cette tradition millénaire de la culture de ces cépages autochtones fruits de cet environnement unique au monde. Ici le Piedirosso et l’Aglianico, pour les rouges, le Caprettone et la Falanghina pour les blancs, offrent aux dégustateurs l’illusion d’un incroyable voyage dans le temps !
MASSIMO LENTSCH – ETNA DOC
L’imaginaire du volcan.
La montagne qui accouche épouse le rythme d’un corps vivant : elle fascine par sa puissance créatrice, donnant vie à un paysage en transformation perpétuelle.

Ce côté constructif du volcan, sa fertilité, font écho à l’imaginaire des plus grands poètes, d’Alexandre Dumas « Je ne sais rien de plus beau, de plus original, de plus accidenté, de plus fertile et de plus sauvage à la fois que le chemin qui conduit de Catane à Nicolosi, … », à Jacques Brel « On a vu souvent rejaillir le feu D’un ancien volcan qu’on croyait trop vieux Il est paraît-il des terres brûlées Donnant plus de blé qu’un meilleur avril Et quand vient le soir pour qu’un ciel flamboie Le rouge et le noir ne s’épousent-ils pas ? ».
L’Etna comme un modèle secret de création.
La combinaison de sols divers et de conditions atmosphériques abondantes, fait des pentes de l’Etna un terrain de jeu pour les vignerons. La superficie totale de la vigne s’étend sur plus de 3 000 hectares. Qui plus est, la viticulture de l’Etna est entrée dans l’histoire au 8e siècle av. J.-C. avec les colons grecs. L’Etna dispose de ses cépages propres. En blanc, le formidable Carricante, utilisé pur dans les meilleures cuvées. En rouge, le Nerello Mascalese, de maturité tardive, dont beaucoup évoquent son caractère de “Pinot Noir”, ou sa structure de “Nebbiolo”, cependant, seuls les amoureux de la Sicile et plus particulièrement ceux de l’Etna le connaissent vraiment pour ne pas le comparer.
La toute jeune et prometteuse aventure Etnéenne de Massimo Lentsch nous réserve de belles surprises. Sur les pentes nord du volcan, le jeu des contrastes de lave et d’eau, représenté par l’Etna et la rivière Alcantara, qui coule près du domaine, crée un environnement naturel unique au monde.

Un vignoble du passé qui a tout l’avenir devant lui.

VALLE – Friuli colli orientali DOC
Le Frioul est un assemblage d’identités qui restent unies seulement si elles sont séparées. Comme une mosaïque, dont les pièces sont assemblées et non encastrées parce qu’elles sont de formes et de matériaux différents. Le liant est le vin, qui raconte le terroir et ses lieux.
Nous sommes dans un territoire où les lieux semblent se toucher, où les montagnes sont proches de la mer, où les accents changent d’une commune à l’autre, où les langues sont parlées et se chevauchent (Friulano, italien, slovène et allemand) générant d’autres identités. Une terre silencieuse, de noblesse paysanne. Seuls ceux qui ont la patience de bien l’écouter en tombent amoureux. Le vin est le véritable narrateur de cette terre, celui qui en décrit le mieux les profondeurs. La famille de Luigi Valle depuis les années 60 n’a cessé d’innover, de contribuer à la renaissance de ce terroir. De la viticulture, toujours plus soignée et éco-responsable, aux méthodes d’embouteillage les plus technologiques garantissant la commercialisation de vins de qualité reconnue internationalement et primée par plus de 160 médailles d’or. Nous vous présentons un échantillon de cépages exclusivement autochtones et caractéristiques. Grand terroir de blancs, le Friulano (anciennement Tocai Friulano) et la Ribolla Gialla en sont les meilleurs ambassadeurs. Mais les rouges connaissent également depuis les années 80 un regain d’orgueil, le Refosco dal Peduncolo Rosso, robuste, rustique, et fruité offre un autre aspect de ces traditions.
CASCINA CHICCO – bAROLO DOCG / ROERO ARNEIS DOCG
« Nomen Omen », « Le nom est un présage » disaient les Romains, convaincus que dans le nom d’une personne étaient dissimulés ses caractéristiques et son avenir. Et c’est précisément dans l’origine linguistique de son nom que l’on peut identifier au moins un des aspects caractéristiques du Nebbiolo, cépage exclusif du Barolo.

Deux courants de pensée débattent encore de la dérivation linguistique de « Nebbiolo ».
Selon le premier, le terme Nebbiolo dérive du latin « nobilis », « noble », car ce cépage est utilisé pour l’élaboration de vins « nobles », « prestigieux » et « aristocratiques » tels que le Barolo et le Barbaresco. Le second, soutient que le terme Nebbiolo peut dériver de « nebula », « brouillard ». La référence n’est pas fortuite car les grains des raisins Nebbiolo sont très sombres et souvent enveloppés de pruine, ou de rosée d’automne, ce qui les rend  » voilés  » presque  » embrumés « , mais la référence au « brouillard » pourrait aussi dériver de la maturation tardive de ses raisins, si bien que leur vendange a souvent lieu dans la période des premiers brouillards d’automne. Ceci en fait probablement le cépage le plus exigeant du panorama italien, qui nécessite un cycle végétatif et de maturation très long soumettant ses raisins à divers agents atmosphériques, étant exposés toute l’année ou presque.
Cette analyse étymologique du Nebbiolo, nous fait comprendre sans usurpation les motifs de la notoriété du Barolo « Vinum Regum-Rex Vinorum » (le vin des rois, le roi des vins).
Cet attribut ne connait pas d’exclusivité. Combien de vins ont jouis de cette distinction ? Du Tokai pour Louis XIV, à la devise du Château Gruaud Larose.
Toutefois, comme le cite Racine « La terre a moins de rois que le ciel n’a de dieux ».
La Cascina Chicco, domaine historique de ce Terroir Piémontais, nous offre un couple royal, digne des superlatifs les plus nobles.
Un Barolo rouge de Monforte d’Alba, une des 11 communes de l’AOP, qui produit les vins les plus structurés.
Un Roero Arneis, surnommé le Barolo Blanc, produit lui sur les rives du fleuve Tanaro, où le cépage autochtone Arneis régale un vin blanc d’une élégance et complexité unique.

QUATTROCIELI – IGT TERRE SICILIANE
« Naître, c’est faire naufrage sur une île », écrivait J.M. Barrie.
Si tant de récits d’aventures pour la jeunesse s’ancrent dans un territoire insulaire, c’est peut-être que ce monde miniature est à la mesure et à l’image de l’enfance.

L’île comme laboratoire à la domestication de la nature. Ou au contraire l’île comme hétérotopie du jeu sans contraintes et de l’ensauvagement.
Les hétérotopies ont une fonction par rapport aux autres espaces des sociétés : elles sont soit des espaces d’illusion soit des espaces de perfection.
Le projet du domaine Quattrocieli dans le golf de Castellammare, à Alcamo, semble la localisation physique de l’utopie. Un territoire concret qui héberge l’imaginaire, tout comme une cabane d’enfant ou un théâtre.
Leonardo Alcamo accompagné de ses enfants Valentina et Giuseppe, en croisant des approches culturelle, naturaliste, et scientifique, nous permettent d’échapper à une réalité trop amère et garder nos yeux d’enfants. Ils nous restituent dans leurs vins, la lumière, les couleurs et les parfums de leur Sicile.
Des vins nés de cépages autochtones qui murissent au rythme lent des saisons.

TOJO LANGHE DHOC – PIEMONT
« Aussitôt qu’on nous montre quelque chose d’ancien dans une innovation, nous sommes apaisés ».
Le projet de Francesco Bocchino semble inspiré directement de cet aphorisme de Friedrich Nietzsche.
Les paysages culturels du vignoble du Piémont apportent un témoignage vivant exceptionnel de traditions viticoles et vinicoles qui viennent d’une longue histoire.
Les vignobles des Langhe sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Niché à Santo Stefano Belbo, le village natal de Cesare Pavese, dans la province de Cuneo, le domaine Tojo, a su tirer profit de la tradition séculaire de la viticulture locale pour offrir des vins d’une innovation étonnante. Tout ici est fait pour nous apaiser.
La douceur et la beauté exceptionnelle des paysages des Langhe.
La gentillesse des Piémontais, fiers et généreux.
La qualité de ses richesses culinaires.
Mais surtout l’incroyable sophistication de ses vins.
Les collines des Langhe offrent une grande variété de vins. Ceux-ci se composent de cépages rouges tels que le Nebbiolo, la Barbera, le Dolcetto, le Freisa, pour les autochtones, tout comme de cépages blancs locaux comme l’Arneis, la Favorita et le Moscato Bianco di Canelli.
C’est sur cette base que Francesco a voulu imaginer ses vins blancs.
« Redonner » ses lettres de noblesse à la Favorita, cépage longtemps utilisé comme raisin de table, mais incroyablement riche si bien sélectionné et vinifié avec précision.
« Oser » affirmer la vinification du Moscato Bianco en sec offrant un vin aux arômes incroyables, bien fondus, légers, subtils et d’une originalité étonnante.
« Confirmer » la valeur du Moscato d’Asti, en vin blanc d’une légère douceur, d’une élégance parfaite, d’un plaisir unique.
“Non avete mai sentito nominare quei quattro tetti? Ebbene, io vengo di là”* disait de son village Cesare Pavese!
* (Vous n’avez jamais entendu parler de ces quatre toits ? Eh bien, moi je viens de là)

BASILE MONTECUCCO DOC TOSCANE
PEU LE SAVENT MAIS PEAU D’ÂNE DE PERRAULT EST EN FAIT « L’OURSE », CENDRILLON « LA CHATTE DES CENDRES », LE CHAT BOTTÉ « CAGLIUSO », LA BELLE AU BOIS DORMANT « SOLEIL, LUNE ET THALIE » ET HÄNSEL ET GRETEL DES FRÈRES GRIMM « NENNILLO ET NENNELLA ». CHARLES PERRAULT, JACOB ET WILHELM GRIMM, VOUAIENT EN EFFET TOUS UNE GRANDE ADMIRATION À DES CONTES NAPOLITAINS ET S’EN SONT LARGEMENT INSPIRÉS.

Ce sont 50 récits sous la forme d’un recueil connu comme le Pentamerone ou « le Conte des Contes », avec comme sous-titre « Le divertissement des petits enfants ».

L’auteur, un célèbre poète et écrivain Napolitain de la fin du XVI ième siècle, Giambattista Basile.

Le monte Amiata, est un volcan éteint des Apennins, en Toscane, qui sépare la Maremma de la Val d’Orcia. La légende raconte qu’il était peuplé d’arbres parlants et bienveillants. D’autres récits citent des légendes d’amour comme « Le Parto della Contessa », des légendes violentes et sanguinaires dont les protagonistes sont des dragons ou des monstres, ou encore des légendes de blasphémateurs et de malfaiteurs.

La jeune appellation Montecucco se situe sur les pentes occidentales du mont Amiata. Un terroir idéalement situé. Là y sont plantés parmi les meilleurs Sangiovese et Vermentino de la Toscane.

Un autre Basile, Giovan Battista, descendant du précité Giambattista, s’y est transféré avec famille depuis Naples en 1999.

Seulement 8 hectares de vignes, à Cinigiano, qui surplombent à l’ouest la Maremma et Grosseto, au nord-est Montalcino et ses Brunello.

Un domaine né en agriculture Biologique. Un vignoble en pente à presque 400 mètres d’altitude, entouré de forêts.

La famille de Giovan Battista y produit des vins de légende, concentrés, élégants, frais et qui exaltent les qualités du Sangiovese mais également du Vermentino.

De quoi perpétuer la tradition familiale et qui sait si nous pourrons lire le conte inspirés de leurs vins.

COTE DI FRANZE CALABRIA CIRO DOP
Une des plus grandes satisfactions liée à l’exploration du monde vinicole n’est pas tant de rencontrer quelque chose de nouveau mais quelque chose de « spécial ».
L’Italie est un concentré de nouveautés.

Un consommateur curieux peut découvrir des douzaines de nouveaux cépages, à raisins blancs ou bien noirs, à grosses grappes ou bien à grappes lâches. Il n’est pas garanti que toutes ces choses offrent une expérience « spéciale » mais le vin ne peut pas être systématiquement intense, n’est-ce pas ?
Et puis il y a le Gaglioppo, un cépage autochtone, cette combinaison rare de nouveau et « spécial ». Unique et intense si vous préférez.
En Calabre, la pointe de la botte Italienne, vous trouverez des montagnes. En observant ce paysage il n’est pas intuitif d’imaginer que nous sommes dans une région où l’on produit des raisins de grande qualité. Le climat est chaud et sec, plus adapté aux buissons ou à la végétation naturelle.
En roulant vers la côte vous découvrirez une sorte de barrière entre montagne et mer. Ce n’est pas une bande de terre très large mais c’est l’endroit idéal pour produire un vin issu de ce cépage. Des sols riches, une brise marine favorable, beaucoup de lumière solaire, naturelle, et des viticulteurs qui travaillent d’arrache-pied, sont le décor de ce terroir. Ici pas de grands domaines mais des exploitations familiales. Des agriculteurs qui travaillent durement dans un contexte difficile.
Le Gaglioppo est le cépage qui prospère dans ce lieux « spécial ». La majorité des cépages rouges donnerait des vins aux arômes de fruits cuits et de raisins secs à cause du climat. Cette variété unique régale structure et arômes fruités qui ne sont pas prédominants. Ainsi on obtient le Gaglioppo, de la même façon que le Mourvèdre a son terroir spirituel à Bandol, proche de la mer, résistant à la chaleur et contrecarrant systématiquement la production de vins aux arômes de fruits trop mûrs.
Le meilleur Gaglioppo s’appelle Ciro’, comme pour certains le meilleur Cabernet Franc s’appelle Chinon. C’est un nom régional, difficile à trouver.
Quand les gens boivent le Gaglioppo pour la première fois ils devraient s’attendre à quelque chose de précieux, de très particulier. Une couleur très claire qui laisse présumer une vin léger en saveur et structure comme le Gamay, mais en fait pas du tout. C’est simple et captivant à la fois.
Nous sommes à mi-chemin entre le Nebbiolo (cépage des Barolo et Barbaresco) et le Pinot noir. A tel point que les experts s’hasardent à l’appeler le Nebbiolo du sud ! Un caractère extraordinaire, des tanins puissants, une capacité de garde immense, des arômes floraux et fruités, qui offrent une grande fraicheur.
Nous sommes à Cote di Franze, village où siège le domaine de 9 Ha de Francesco et Vincenzo Scilanga.
Francesco et Vincenzo sont issus d’une famille de vignerons qui depuis 1701 cultive les deux cépages locaux : le Gaglioppo bien sûr pour les rouges et les rosés, et le Greco qui produit des blancs complexes, et frais. Tous leurs vins sont réalisés en viticulture biologique, dans le plus grand respect de ce terroir très particulier.

pakravan papi toscana igt
Une vue époustouflante et dégagée sur 40 km de côte tyrrhénienne, sur les îles de l’archipel toscan jusqu’à la Corse à l’horizon.
Nous sommes à Riparbella, dans le nord de la Maremme à quelques kilomètres de Pise.
Depuis 1973, la famille Pakravan-Papi a constitué un domaine qui s’étend aujourd’hui sur 80 hectares dont 20 de vignoble et 10 d’oliviers.

Sur le reste des terrains, la forêt et le maquis ont été préservés. Deux fermes, qui ont fait l’objet d’une restauration et rénovation, abritent depuis 5 ans des appartements vacances.
La devise « rien sans raison », reprise en français dans le logo Pakravan-Papi, témoigne de l’engagement ainsi que de l’histoire et de l’inspiration du projet de ce domaine.
Un terroir à vocation viticole millénaire, non sans raison : un microclimat méditerranéen baigné de soleil et rafraichi par les brises marines ; des sols d’une complexité unique et d’une grande richesse minérale ; des côteaux à pentes douces et bien exposées.

Le domaine a fait le choix de mêler la « tradition » viticole locale en maintenant un cépage ancestral le Sangiovese piccolo, et l’ « innovation » en implantant des cépages bordelais qui ont connu un grand succès dans la voisine Bolgheri et ses Super Toscans. Enfin le vrai défi aura été de se lancer dans la production de grands vins blancs. Chardonnay, Riesling, et Malvasia trouvent ici une expression incroyable, grâce à la qualité et la richesse minérale des sols et malgré le soleil qui a traditionnellement privilégié les cépages rouges aux blancs en Toscane.

La production elle, suit scrupuleusement le fil rouge du binôme tradition-innovation, axé sur le respect de l’environnement au moyen de techniques d’agriculture intégrée : aucun herbicide, récupération des eaux de pluie et de source, densité de plantation limitée, récolte et sélection manuelle des raisins.

Nous vous proposons un échantillon de cette réussite. Trois vins, trois personnalités, trois réelles découvertes.

torre bisenzio umbria igt
Karel Čapek, un des plus grands dramaturges Tchécoslovaque, précurseur du mot ROBOT, dans ses Lettres d’Italie écrit « l’Ombrie est si miraculeusement bleue ; la plus bleue de toutes les terres ».

Considérée comme le « secret le mieux conservé d’Italie », le « cœur vert de la péninsule », cette région offre des conditions exceptionnelles et variées pour la création de vins de très forte personnalité. Torre Bisenzio, un des plus beaux domaines viticoles de la région, en agriculture totalement Biologique, se trouve au cœur du « Triangle Béni », à la frontière de Toscane, Latium et Ombrie. L’emplacement entre les lacs Trasimène et Bolsena crée un sous-climat méditerranéen, étrangement très similaire au climat Bordelais, offrant des conditions de croissance optimales pour des vins élégants et plus corsés qui conservent leur fraîcheur. Le vignoble planté entre 450 et 600 m d’altitude confère au Grechetto, cépage blanc autochtone, toute sa fraîcheur, et sa minéralité, alors que le Sangiovese y restitue toute son élégance.

AZIENDA MENHIR SALENTO DOC TERRA D’OTRANTO
Saviez-vous que le Salento, connu en France comme le talon de la botte Italienne, est parsemé de plus de 100 dolmens et menhirs ? Les frères Gaetano et Vito Marangelli ont eu une révélation en visitant le Salento en 2002 et ont décidé d’y construire leur projet Menhir Salento.

Menhir Salento est situé à Bagnolo del Salento, une ville cachée entre Maglie et Otrante. Immergé au milieu de sites archéologiques et d’anciennes fermes, il bénéficie d’un terroir où l’agriculture, l’œnologie et la gastronomie ont donné naissance à des merveilles uniques au monde. Le projet Menhir Salento est à la fois un domaine viticole, une ferme biologique et un restaurant gastronomique « ORIGANO CIBO e VINO ». Ces trois initiatives sont réunies pour valoriser avec courage un territoire unique en son genre à la fois antique et d’une modernité surprenante. Comme quoi même les traditions les plus lointaines peuvent innover sans se dénaturer. Des vins de grande structure qui expriment pleinement ce terroir solaire. Les saveurs du maquis explosent et vous apprécierez le travail de ces vignerons qui par des méthodes modernes révèlent les caractéristiques d’antiques cépages autochtones !